Bandeau Le grand Festival
publireportage

Interview vérité : Questions à Patrick RENAUD

0

Cela fait maintenant 8 ans que les Boulangeries RENAUD se sont installées dans le paysage verdunois avec une certaine réussite. C’est le moment choisi pour faire un point avec Patrick RENAUD qui a répondu, sans détour ni langue de bois, à toutes nos questions. Décapant !

Meuz’Info : Le succès des boulangeries RENAUD est incontestable. A quoi l’attribuez-vous ?
P. Renaud : Ce succès est selon moi lié à nos gammes de produits qui ont toujours collé au plus près des attentes de notre clientèle locale. Je crois qu’encore aujourd’hui les clients attendent d’une boulangerie qu’elle propose des produits artisanaux, fabriqués maison. Et c’est précisément ce que nous faisons. Nous fabriquons, nous cuisons aussitôt et nous vendons le plus vite possible. Notre productivité nous permet de plus de proposer des prix très inférieurs à la concurrence sur une partie importante de nos produits. Sans oublier nos promotions qui permettent aux clients de profiter de prix encore plus serrés chaque jour sur nos 3 magasins. Et tout ça, sur des produits toujours frais.

Pensez-vous que les boulangeries traditionnelles soient menacées par la crise économique et l’intensification de la concurrence de la grande distribution ?
Les petites boulangeries sont touchées de plein fouet et il leur arrive aujourd’hui ce qui est arrivé en leur temps aux épiciers ou aux bouchers avec un vrai risque de les voir disparaître petit à petit.
La concurrence s’intensifie en effet avec l’arrivée de grandes chaînes de boulangeries et la multiplication des cuiseurs hard discount de pâtons surgelés gonflés aux produits chimiques et fabriqués à partir de blés cultivés avec insecticides, herbicides et engrais !!
Ainsi, il faut savoir que lorsque vous achetez une baguette à 0.39 €, vous avez toutes les chances de tomber sur ce type de pâton surgelé importé de Pologne ou d’ailleurs. Bon, je comprends parfaitement qu’à une époque aussi difficile, le prix attire les clients.
Chez moi, comme chez d’autres vrais boulangers, chaque matin, on recommence à zéro : on prend de la farine BANETTE, 100% française, de l’eau, de la levure, un peu de sel, et beaucoup de temps…
Chaque jour, on se livre à un même rituel avec mes boulangers qui se relaient de 1h du matin à 19h du soir pour cuire en continu sur 2 fours. Ce qui permet à nos clients de se procurer du pain frais à toute heure de la journée.
Grâce à la fidélité de mes clients, je fais vivre aujourd’hui 8 boulangers meusiens et leur famille. Mes clients et moi pouvons en être fiers !

Votre politique est-elle la même concernant les viennoiseries ?
Totalement. Là aussi nous mettons l’accent sur la fabrication traditionnelle en faisant tout notre possible pour proposer des prix serrés. Je viens d’ailleurs de recruter un second pâtissier-tourier pour augmenter et améliorer encore la gamme de mes viennoiseries maison. Je travaille actuellement pour mettre au point un nouveau croissant à partir d’une recette à l’ancienne.

Vous semblez aussi toujours très à l’affût sur le terrain de l’innovation, sur quoi travaillez-vous en ce moment ?
Nous nous efforçons chez RENAUD de faire rimer tradition des méthodes de fabrication avec innovation des recettes, de manière à apporter de façon régulière de la nouveauté à nos clients. Avec mon équipe de 4 pâtissiers, nous finalisons actuellement une nouvelle carte de pâtisseries 100% maison – malgré ce que racontent certaines mauvaises langues – avec de belles créations originales qui viendront s’ajouter à nos classiques.

Les boulangeries sont nombreuses à Verdun, comment êtes-vous parvenu à imposer votre nom comme une référence dans un contexte aussi concurrentiel ?
La concurrence est énorme à Verdun ! Il y a une vingtaine de commerces et de boulangeries qui proposent du pain et de la viennoiserie alors que normalement il faut 1 boulangerie pour 2000 habitants. La concurrence ne m’a jamais fait peur, elle peut même devenir une force quand elle pousse à une remise en question permanente. Il faut essayer d’être meilleur qu’elle et j’y travaille tous les jours avec pour ambition de nous rapprocher de l’excellence. Excellence au fournil, évidemment, mais aussi en matière d’organisation. Car cela passe également par une rotation des produits optimale permettant de garantir une fraicheur absolue de tout ce que nous vendons.

En tant qu’acteur économique, vous êtes aussi un acteur social. Vous avez fait l’objet de certaines critiques récemment, quels arguments avez-vous à opposer à vos détracteurs ?
Pour me défendre des critiques qui me sont adressées, je laisserai parler des chiffres concrets :
1. Les Boulangeries RENAUD ont créé environ 47 emplois en 8 ans à Verdun. Qui dit mieux ?
2. Au 1er Octobre 2015, aucun salarié n’est payé au SMIC et j’en suis un peu fier.
3. La masse salariale est proche de 100.000€ par mois et, en exemple, le salaire moyen d’un boulanger RENAUD est supérieur à 2000 € bruts par mois, ce qui est largement supérieur aux salaires de la profession.

VERDUN – 30, rue Poincaré – Tél. 03 29 86 03 11
VERDUN – Avenue de Metz – Tél. 03 29 87 54 85
BELLEVILLE – 70, rue du Gal de Gaulle — Tél. 03 29 83 61 37
Partager :

À propos de l'auteur

Directeur de publication Rédacteur, photographe et graphiste

Laisser un commentaire