Bandeau Le grand Festival

Malice et Diox fêtent leur 1 an

0

Illustratrice et restauratrice de tableaux, Lydia Solastiouk s’est lancé le défi de ressusciter un personnage tiré de ses ébauches d’enfant pour en faire le héros d’une bande dessinée. C’est ainsi qu’est né l’an dernier le premier opus de Malice et Diox, qui entraîne deux protagonistes attachants dans une quête riche en rebondissements.

Lors de son déménagement il y a près d’une dizaine d’année, Lydia tombe sur des dessins qu’elle avait réalisés enfant et conservés dans un coin de son grenier. C’est en les feuilletant un sourire béat aux lèvres qu’elle recroise le chemin de Diox, personnage extraterrestre qu’elle avait imaginé lors de sa première année de collège. « Même avec le recul de toutes ces années, ce personnage me semblait très réussi et je me suis dit qu’il fallait que j’en fasse quelque chose », se rappelle l’artiste. Elle décide alors d’en faire le héros d’un périple rocambolesque lors duquel Diox va se lier d’amitié avec Malice, une jeune terrienne perspicace, pour tenter d’élucider un curieux phénomène. En effet, des étoiles disparaissent sans raison apparente. Si le scénario est orienté science fiction, il puise aussi ses références dans l’histoire, la science, le cinéma et même les actualités (dont une certaine pandémie) qui ont ponctué les sept années que Lydia a passé à travailler sur cette bande dessinée.

La première bande dessinée d’une longue série ?

Décidément très créative, la jeune artiste a réalisé ce projet en parallèle de ses créations artistiques signées du nom de Elka. La bande dessinée adopte un style très différent de celui pour lequel elle est de plus en plus connue en Meuse et au-delà. Abordable pour les adolescents et riche en clins d’œil pour les publics plus avertis, ce premier tome qui recèle plusieurs niveaux de lecture a rencontré un accueil très enthousiaste auprès des lecteurs. « Ils sont nombreux à demander quand sortira la suite. Sachez que le scénario est déjà écrit et que je m’attelle maintenant au story-board, rassure la jeune femme.


Une artiste aux multiples talents

Si l’activité principale de Lydia est la restauration de toiles anciennes, son activité de créatrice a le vent en poupe depuis plusieurs années. Au point que les collectivités, associations et entreprises la sollicitent de plus en plus pour des réalisations de fresques. Son style pictural qui excelle à symboliser la complexité de l’âme humaine lui a même valu une mise en exergue dans un journal télévisé national de France 3. « C’était la folie, le téléphone ne s’arrêtait plus de sonner », se souvient la jeune femme. Il faut dire que Lydia s’implique énormément dans la vie du Verdunois et que son succès n’est pas le fruit du hasard.


Et si vous offriez la signature d’une artiste prometteuse ?

Sachez qu’en plus de ses réalisations originales disponibles à la vente dans sa galerie de Verdun, Lydia propose des reproductions de très haute qualité de ses œuvres à partir de 60€. Alors pourquoi ne pas offrir le style d’une jeune artiste locale qui continuera assurément à faire parler d’elle pour les fêtes de fin d’année ? En plus des aventures de Malice et Diox

OÙ SE PROCURER UN EXEMPLAIRE DE MALICE ET DIOX ?
à la librairie de Cora Verdun, dans la galerie D’Elka, chez Entrée Livres, ou sur Amazon

Malice et Diox – Tel : 06 12 36 77 48
Partager :

À propos de l'auteur

Directeur de publication Rédacteur, photographe et graphiste

Laisser un commentaire